mardi 15 mars 2016

#MethodeUVA : Source Wikipédia

Une solution précise et réactive pour la maîtrise des coûts en démarche Lean


Les démarches d'amélioration continue (Lean, LSS, ...) ont fait émerger un problème latent avec le manque de réactivité et de précision des méthodes de calcul de coûts traditionnels (direct costing, coûts complets, coûts standards) toutes basées sur un système par répartition.
Schématiquement :
  • On crée des centres d'analyse, primaires, secondaires, auxiliaires.
  • On regroupe les coûts par fonctions ou centres,
  • On recherche des unités d'œuvre (UO) ou taux de frais (TF) pour chaque centre
  • On affecte les charges des centres d'analyse aux produits par les U.O. Sans oublier de créer des charges supplétives pour affecter celles dont on ne sait pas trop quoi faire...
Problème :
l’U.O. devrait être choisie pour son lien de causalité existant entre la consommation de ressources et l’élaboration du produit. Bon courage pour appliquer cette règle à la logistique interne !
Il est impossible de trouver une U.O. passe-partout adaptative. Dès que vous changez les liens de consommation, l’U.O. risque fort de varier et tout est à recommencer.
Imaginez la situation au début d’un 5S sur un atelier ou poste de travail, puis cette même situation à la fin. Beaucoup d’éléments de consommation vont changer. Certains vont disparaître d’autres apparaître, mais pas dans le même environnement, ni dans les mêmes proportions ou conditions de consommation. Idem pour la mise en place d’une campagne SMED, ou bien lorsque vous utilisez un tensionneur de flux, pour passer d'un flux poussé au One Piece Flow par exemple ou flux tiré.
Une question va se poser alors :
Jusqu’à quand utiliser la méthode actuelle, sans la revoir en profondeur ?
On le comprend aisément, ce principe de fonctionnement n’est plus adapté à un environnement industriel de plus en plus mouvant, issu d'une démarche d'amélioration continue. Il n’est plus apte à calculer des coûts avec précision.
Ajoutez à ces incertitudes de mesures, l'effet induit du recollement avec la comptabilité générale en fin d'année et vous aurez un bon aperçu de l'ampleur du problème. Comment connaître avec précision, rapidité ET simplicité le coût d'un produit, d'un service, d'une transaction, etc. ?
Actuellement on ne peut espérer au mieux qu'une estimation des coûts avec un intervalle de confiance peu satisfaisant (50 % à 65 % en général). La réalité des bénéfices ou pertes ne peut être connue qu'en fin d'exercice, mais uniquement dans les grandes masses, compte tenu des distorsions du mode de mesure et calcul.
La méthode des UVA, apporte une solution dynamique et pertinente à ces nouveaux défis.
Comment ?
On l’a vu la méthode des UVA considère l’entreprise comme un réseau de processus ou de gammes.
Ce raisonnement oblige, lors de sa mise en place à définir très finement les postes et leur consommation. Si on devait utiliser l’image du papier abrasif pour comparer la finesse des méthodes, on pourrait dire que les méthodes par répartition sont du grain 80 et la méthode des UVA est du grain 400.
Le but et l’avantage de cette opération plus méticuleuse que compliquée est de rendre directe la plus grande partie des consommations.
Il est vrai qu’obtenir ce résultat demande beaucoup de travail préparatoire, mais parmi les avantages :
  • On évite les discussions sans fin sur les U.O., clefs de répartition, adéquation des sections par rapport à l’activité.
  • On ne ‘’tord pas le bras’’ à la réalité quotidienne de l’entreprise. On calcule le coût réel des activités.
  • On n’obtient un résultat sur 12 MOIS GLISSANTS !
  • On dispose d’un indicateur de productivité infalsifiable (l’UVA et sa valeur)
  • On peut modifier les organisations autant que possible. Recalculer les coûts prendra 10 à 15 minutes. Il est ainsi possible de suivre l’impact des changements organisationnels sur la rentabilité des unités. Les ‘’manipulateurs’’ de TRG, TRS, etc, seront confrontés à la réalité de l’UVA. Les commerciaux champions du chiffre, mais aussi des rabais et concessions, sauront s’ils ont raison et combien ces gestes commerciaux coûtent à l’entreprise. Il va falloir expliquer pourquoi le coût de l'UVA est si déplorable alors que les indicateurs sont au "Beau fixe".
  • Si vous disposez d'unités présentes dans plusieurs pays, vous pourrez comparer ce qui est comparable : le taux de création de Valeur Ajoutée. Cet indicateur permet de prendre des décisions stratégiques pouvant remettre en cause les délocalisations décevantes après avoir été terribles.
  • Idem pour la simulation d’investissements, de nouveaux produits, de rentabilité d’un nouveau secteur commercial, etc.
  • Il n'y plus d'opération pénible de recollement avec la comptabilité générale en fin d'année. (Les coûts étant rendus directs)
L'informatisation :
Si vous maîtrisez le développement des bases de données et la pratique de la méthode des UVA, vous pouvez développer vous-même une application pour votre propre utilisation. Mais prévoyez 12 à 24 mois de développement, sans compter le débogage.
Il existe sur le marché une application prête et fiable : (Profit Zoom)
En regard de son prix très abordable, ça ne vaut pas la peine de le réinventer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire